La sépulture dans l‘islam

Que faut-il faire avec un Musulman / une Musulmane à l’article de la mort ?
  • Le/ la mourant(e) doit être exposé en direction de la Mecque. Il y a deux possibilités : Il est possible de le / la poser sur le côté droit, le visage en direction de la Mecque. Ou bien le/ la mourant(e) peut être allongé sur le dos, les pieds en direction de la Mecque. Respectivement la première possibilité est préférable.
  • Rappeler au mourant sa profession de foi. « Il n’y a pas une autre divinité sauf Allah, Muhammad est son prophète. » Ce rappel est fait discrètement et respectueusement. Il est également opportun de ne pas le répéter trop de fois, pour ne pas déranger le/ la mourant(e). Il est interdit de forcer le rappel, pour que le respect du mourant / de la mourante et le silence soient préservés. Dans des cas graves, de faiblesse ou de coma, les frères et sœurs dans la foi peuvent répéter la profession de foi pour ou avec le mourant / la mourante.
  • Au moment de la mort, le membre de la famille, dont le/ la mourant(e) est le plus proche, est mené au lit du mort, pour qu’il le / la rappelle à dieu, au testament et à l’imploration du pardon des péchés.
  • Les prières pour le/ la mourant(e) et pour ceux qui l’assiste, doivent être nombreuses. Le Coran doit être récité, notamment la sourate «Yasin ». Il est conseillé à celui qui veille au lit du mourant, d’évoquer le souvenir de dieu, des bienfaits du sublime. Cela le réconfortera dans sa foi. L’Écriture sainte nous apprend : « Je suis, comme mon valet me voit.» La récitation est faite discrètement, pour ne pas agiter le/ la mourant(e). Après la mort la récitation du Coran doit s’arrêter, puisque cette pratique de la sunna du prophète n’est pas reconnue.
  • Après la mort la récitation du Coran doit s’arrêter, puisque cette pratique de la sunna du prophète n’est pas reconnue. Il est conseillé à celui qui veille au lit du mourant, d’évoquer le souvenir de dieu, des bienfaits du sublime. Cela le réconfortera dans sa foi. L’Écriture sainte nous apprend : « Je suis, comme mon valet me voit.»
Que faut-il faire après la mort ?
  • Fermer les yeux.
  • Attacher la mâchoire inférieure à la tête, pour éviter qu’elle pende en raison du relâchement.
  • Pour ne pas que le ventre se gonfle, un object conforme doit être posé dessus.
  • Si cela est possible, pliez tout de suite après la mort doucement les jointures. Les parties supérieures des avant- bras vers les bras. Les bras contre le corps. Les jambes vers les cuisses. Les cuisses en direction du ventre. Cela rendra l’ablution plus simple. Le/la mort(e) est légèrement soulevé et sa tête est en direction de la Mecque. Le/la mort(e) sera déshabillé et couvert avec un tissu, qui couvre tout le corps.
  • Il est recommandé de régler les dettes du mort/ de la morte aussi vite que possible.
  • Il est opportun d’informer les gens, pour qu’ils puissent prendre part à l’enterrement.
  • Il est interdit d’être en deuil et de s’exprimer d’une voix forte ou de se frapper la joue, etc.
  • Par contre il n’est pas interdit de pleurer, parce que le deuil est une expression d’amour et de charité d’un homme par rapport à un autre. Les émotions doivent rester convenables.
  • La personne en deuil porte sa peine avec patiente et attend la consolation et la récompense de dieu. Parce que le/la mort(e) est un cadeau confié ä dieu qu’Il a pris chez Lui. Par respect pour le défunt / la défunte l’enterrement doit avoir lieu aussi vite que possible.
  • Après l’ablution et l’habillement du défunt / de la défunte on récite la prière des morts.
  • Après l’ablution et l’habillement du défunt / de la défunte on récite la prière des morts.

(La source: islam.ch )

Demandez nous

Nous sommes là pour vous

    Geben Sie das Ergebnis ein